Le pied d’une table originale

Le pied d’une table originale

Architecte de formation, François Dedeur s’est lancé, à ses heures perdues, dans le design de mobilier en bois massif. Un coup de maître puisque sa première réalisation lui a valu le premier prix au concours Design-Bois 2009 organisé en marge du salon Bois & Habitat.

Ayant envie de remplacer sa vieille table, François Dedeur s’est mis à croquer une idée qui lui trottait en tête depuis longtemps. Une table aux lignes contemporaines, légère visuellement, et dont les pieds pouvaient être démontés. Toute création naît de contraintes et les pieds amovibles me semblaient être une contrainte ayant du sens, explique François Dedeur. Le résultat final est pour le moins original.

Légèreté et stabilité
Sa table Josef se compose de trois éléments : un cadre, un plateau encastré et des pieds qui s’emboîtent en forme de ‘V’. L’originalité du concept réside dans la simplicité et l’ingéniosité des assemblages de la table car aucun élément n’est vissé ou collé. Les pieds viennent simplement s’encastrer dans le cadre. Mais pas sur quart (en coin de table). L’emboîtement visible participe aussi à l’esthétique de la table. En utilisant une astuce technique, j’ai dissocié l’assemblage du cadre et l’assemblage des pieds. Malgré l’impression de légèreté dégagée par la table, elle affiche une stabilité impressionnante. En effet, plus on appuie sur la table, plus on renforce l’assemblage.

Plateau

Etant donné que le plateau est encastré dans un cadre, le champ des planches du plateau reste invisible, ce qui confère à la table un aspect plus homogène. Les planches sont assemblées en fausses languettes non collées, suite à quoi un joint ouvert de maximum 1 mm reste visible. Pour les clients qui souhaiteraient éviter ces joints ouverts, une solution en panneau 3 plis de 6 mm reste envisageable, mais on perdrait tout le charme naturel du massif.

Modèle déposé

Dans la perspective du concours, l’épouse de François Dedeur avait vérifié que son système d’assemblage n’avait pas encore été breveté et entrepris les démarches pour déposer son modèle. On n’est jamais trop prudent, lance son épouse Fabienne Castagne, dont l’entreprise Lodjî assure depuis un peu plus d’un an la commercialisation de la table et des autres nouvelles créations.

Mobilier en bois massif

Le travail du bois massif est un créneau difficile mais peu exploité en design contemporain, déclare le designer. Il est très difficile de faire un beau meuble. Généralement, les tables en bois massif sont lourdes et anguleuses. Moi, j’ai pris le contrepied, en recherchant la légèreté et l’ergonomie. Raison pour laquelle tous les angles du cadre ont été arrondis. En insérant le plateau dans un cadre, j’ai également pu travailler avec des planches moins épaisses.

Bois local

‘ Si tu veux gagner ton concours, utilise de l’érable ‘, lui avait lancé un scieur à qui l’architecte/designer avait demandé quelques conseils. Je mets un point d’honneur à n’utiliser que du bois local, poursuit François Dedeur. Le premier modèle a été confectionné en érable mais, selon la demande des clients, des variantes en hêtre, frêne ou chêne ont déjà vu le jour.

Dimensions

Tout comme les essences, les dimensions peuvent être déterminées à la demande. La seule contrainte concerne la longueur/largeur maximum : 2,4 m. Au-delà, le plateau devient trop souple. Une rallonge est néanmoins proposée en option. Invisible, son cadre se replie sous la table à l’aide d’une charnière. Les petits plateaux des rallonges, quant à eux, ne sont pas intégrés dans la table.

Production

Parmi les prérequis, le designer tenait à ce que la table soit entièrement usinable. Pas question dès lors d’imaginer des découpes non réalisables avec une machine. Un modèle gabarit avait été mis au point avec un ébéniste, qui assure la production à la demande. Pour optimiser la fabrication, François Dedeur étudie la possibilité de produire la table en petites séries. L’un des avantages du modèle est que, quelle que soit la taille de la table, le pied reste identique.

Autres projets ?

Grâce au recul, le designer a pu étudier le comportement de sa table dans le temps. Le système d’assemblage est éprouvé et de nouvelles déclinaisons sont à présents en chantier. La gamme devrait s’étoffer prochainement d’une ‘table de tous les jours’. Cette table aura la forme d’une planche à tartiner géante. Un buffet dans le style de la première table est également en cours de développement. Parallèlement, un porte-manteau arrive au stade de la production, tandis qu’une table basse reste à prototyper. A notre échelle, investir dans des prototypes reste une difficulté et un frein au développement, poursuit-il. Mais nul doute que l’on entendra encore parler de ce designer dans les prochaines années. A suivre?

Plus d’informations :

Lodjî

Fabienne Castagne

10 rue Henry Linchet

5020 Flawinne

T : 081 736523

P : 0475 685671

www.lodji.be info.lodji@skynet.be

Code postal : /
Bardage : /
Localité : /
Bois labellisé : /
Fonction : /
Plancher : /
Type de construction : Construction neuve
Parquet : /
Situation : /
Escalier : /
Structure : /
Menuiserie intérieure : /
Menuiserie extérieure : /
Autre : /
string(12) "www.lodji.be" string(12) "www.lodji.be"

Lodjî (Fabienne Castagne)
François Dedeur - Rue Henry Linchet | 5020 Flawinne

T. 081/73 65 23
F.
M. 0475/68 56 71
E. info.lodji@skynet.be
W. www.lodji.be