Extension d’une villa

Extension d’une villa

Le bardage bois à « la » faîte

Osez les écarts hors des sentiers battus de l’architecture traditionnelle. Une extension grand écart. Tout en souplesse. En mettant le bois à « la » faîte, un jeune architecte a osé l’originalité d’un bardage en cèdre recouvrant toute la nouvelle extension de cette villa. Jusqu’à la toiture.

 

 

A l’origine, l’architecte et les propriétaires de cette villa située en province de Liège avaient imaginé une extension au sol. Malheureusement, l’idée d’un plain-pied a bien vite été écartée en raison des prescriptions urbanistiques. Seule une solution en porte-à-faux, tel un carport, était tolérée pour agrandir la villa d’un garage, de deux chambres d’enfants, d’une salle de douche, d’un espace de jeux et d’un bureau. Si l’architecte a dû faire preuve d’une bonne dose d’imagination pour que les autorités compétentes valident le projet, le choix du matériau fut quant à lui beaucoup plus simple. Le bois s’est imposé naturellement car un membre de la famille du maître d’ouvrage travaillait dans le secteur, dit l’architecte. Cependant, face à la complexité de la tâche, le maître d’ouvrage s’est vite tourné vers un menuisier professionnel.

 

Inspiration

C’est sur les bancs d’école que le jeune architecte avait découvert, par l’entremise d’un ami, un projet comparable en Allemagne. L’enveloppe tout en bois y avait néanmoins été aménagée dans l’horizontalité. Une solution que le jeune architecte ne préconisait pas pour éviter tout choc esthétique lié au vieillissement non homogène du bardage. Il a donc préféré une finition verticale. Bien qu’un peu plus fastidieuse en raison du contre-lattage supplémentaire nécessaire, cette option offre de meilleures garanties sur le long terme. L’uniformité du vieillissement du bardage fait d’ailleurs partie des grandes satisfactions de l’architecte. Cela fait à présent quatre ans que le projet a été livré et le bardage en Western Red Cedar a bien vieilli, gardant même une teinte légèrement orangée.

 

Extension peu traditionnelle

FR-BE>En découvrant l’avant-projet, les propriétaires ont naturellement été surpris, confie l’architecte. Nous étions loin du volume du chalet traditionnel. La démarche a dès lors nécessité quelques explications mais ils ont très vite adhéré. Dans un souci de continuité avec l’habitation existante, le bardage proposé pour l’extension a également recouvert une partie de la construction existante.

 

L’expertise du menuisier

Une fois le projet architectural et la volumétrie définis, le jeune architecte a pu compter sur l’expertise du menuisier en charge du projet pour débattre de certains choix et affiner les détails techniques. Le savoir-faire apporté par le menuisier a été fort appréciable, commente l’architecte, qui venait de se lancer dans le métier. Le dialogue avec l’architecte a permis de résoudre de nombreux détails car, techniquement, certains éléments étaient difficiles à dessiner, selon le menuisier.

 

Baie vitrée en toiture

De par la différence de niveau entre la villa et l’extension, l’arrête de l’extension a été relevée de sorte à agrandir l’espace habitable via une mezzanine, éclairée par une baie vitrée en toiture. La partie triangulaire de la charpente pour la baie vitrée a été l’une des épreuves de force du projet, explique le menuisier. Outre les raccords difficiles à dessiner, elle devait également supporter la charge du châssis de 2 mètres de côté et la présence de plusieurs hommes pour le montage.

 

Ossature

L’autre difficulté majeure concernait la structure de l’ossature bois en lamellé-collé au niveau du sol du premier étage puisqu’elle devait reprendre le porte-à-faux et l’ensemble des charges. L’assemblage a été étudié avec le concours d’un ingénieur pour garantir la stabilité et rigidifier au mieux l’ossature. La structure comptait environ 18 assemblages en bout de madrier (23×40 cm) à ce niveau. Et chacun d’eux a été solidifié à l’aide de 8 vis.

 

Double toiture

Lors de ses études, l’architecte avait suivi un stage dans une entreprise de construction métallique spécialisée entre autres dans les hangars industriels. Une expérience qu’il a pu mettre à profit pour la réalisation de la double toiture. J’ai adapté les principes mis en œuvre dans le projet allemand, notamment au niveau des raccords de la toiture et de l’inclinaison des pentes, précise l’architecte. normal>Le complexe de la toiture se compose en réalité d’une première toiture métallique de type industriel sur laquelle nous avons aménagé un lattage pour recevoir le bardage en bois (voir détails sur l’illustration normal>).

 

Souci du détail

La qualité des finitions a bénéficié d’une attention toute particulière. En toiture, sur la partie pentue, il était impossible de rester dans l’alignement du bardage vertical de la façade en raison de l’angle de coupe. Pourtant, personne n’y remarque rien. Le système de récolte des eaux de pluie, quant à lui, a été intégré sous le bardage, ce qui a nécessité de reporter les évacuations du côté du bâtiment existant. La porte du garage, pratiquement invisible pour l’œil non averti, est un autre exemple de ce souci du détail. Le bardage vient en effet à fleur et seule une coupure horizontale à un peu plus de 2 mètres du sol trahit la présence de la porte.

 

Durée du chantier et prix

D’un point de vue pratique, le maître d’ouvrage a pris en charge la préparation du chantier (démolition du garage à l’arrière du bâtiment), de février à mars. A partir d’avril, le menuisier a pu s’atteler à la structure en lamellé-collé et au bardage. Vers fin septembre début octobre, tout était terminé. Outre un peu de retard dû à la livraison des éléments métalliques de la toiture, le chantier s’est déroulé dans de bonnes conditions. L’extension est revenue à un peu moins de 115.000 euros, hors salle de bains pour une superficie de 54 m² au sol, 32 m² habitables au premier étage et 34 m² pour le garage et le carport. Un projet qui aura donné des idées car le menuisier a été récemment contacté par un autre architecte pour une réalisation similaire. A suivre…

Code postal : 4590
Bardage : Cèdre
Localité : Warzée
Bois labellisé : /
Fonction : Habitation unifamiliale
Plancher : /
Type de construction : Construction neuve
Parquet : /
Situation : /
Escalier : /
Structure : épicéa
Menuiserie intérieure : /
Menuiserie extérieure : /
Autre : /
string(18) "www.specimen.archi" string(18) "www.specimen.archi"

SPECIMEN Architects
- 22, Rue Dewez | 5000 Namur

T. 081/54 94 60
F.
M.
E. contact@specimen.archi
W. www.specimen.archi