Assemblage en bois au cœur de la table

Une stabilité qui repose tout entière sur la tension des éléments en bois

Pour son travail de fin d’études en conception de mobilier à la haute école Thomas More de Malines, Anton Proost a réalisé une table inspirée des méthodes d’assemblage 100% en bois. Remarquée lors d’un concours de design, sa table Vagary a récemment été exposée au festival Reciprocity à Liège.

J’ai toujours été intéressé par les techniques d’assemblage en bois et tout particulièrement par les mécanismes utilisés pour les tables, explique le jeune designer Anton Proost. Il n’est pas rare que je me glisse sous une table pour en étudier la conception. Des pièces métalliques sont souvent employées pour renforcer la stabilité ou la solidité des tables. Mon défi était de parvenir à atteindre ces mêmes performances en n’utilisant que du bois et en travaillant sur les assemblages.

Une multitude de types d’assemblages en bois

Pour le commun des mortels, la table s’apparente à un simple objet usuel. Peu de gens prêtent attention au mode constructif de ce mobilier du quotidien. Les techniques d’assemblage entièrement en bois étaient très populaires dans les Alpes. Le nombre de possibilités est fascinant et les systèmes sont parfois très ingénieux.

Fonction et esthétisme

Partant de ses observations, Anton Proost s’est inspiré d’un système transformant la fonction d’assemblage en un aspect esthétique. La technique repose sur l’utilisation d’une pièce de bois conique insérée au centre du plateau de la table ronde. En insérant cette pièce, celle-ci repousse trois queues d’aronde coulissantes vers l’extérieur de la table. Leurs extrémités serrent les têtes des pieds à travers le plateau de la table. La stabilité et la solidité sont donc obtenues par la tension exercée sur les composants du meuble.

Travail du bois

Pour la fabrication de sa table, Anton a bénéficié d’une initiation et d’un coaching intensif dans le cadre des cours pour apprendre à manipuler les machines de travail du bois. Il n’est pas simple d’obtenir trois pieds parfaitement identiques et d’éviter tout jeu entre les pièces. Le processus m’a beaucoup plu, explique-t-il.

Nombreux tests

Dans un premier temps, le jeune designer a validé son approche à l’aide d’un prototype en multiplex. Les tests ont duré environ cinq mois pour affiner le travail et optimiser le résultat final. La méthode d’assemblage semble simple mais la grande difficulté consiste à exercer la tension idéale sur la pièce centrale dans la table en bois. Il s’agit d’un travail de précision car une pression trop faible ou trop forte nuit à la stabilité.

Meuble durable

L’un des avantages de cette technique est qu’il suffit d’enlever la pièce conique centrale pour libérer tous les composants. C’est un atout intéressant dans l’optique du remplacement d’un élément de la table en cas de dommage. Ce mode d’assemblage participe donc au caractère durable du meuble.

Commercialisation ?

Secrètement, le designer envisage une humble production de sa table. La technique d’assemblage pourrait également être appliquée à d’autres meubles en vue d’une collection. Il s’agit d’un système accessible qui présente un potentiel intéressant, poursuit-il. Les premiers contacts n’ont pas encore débouché sur des résultats concrets. Quoi qu’il en soit, la nomination de sa réalisation au concours de design Ecodesign Award de l’OVAM et sa participation aux expositions de BAD (Belgian Art & Design) à Gand et de Reciprocity à Liège restent de très belles expériences, riches en enseignements.

 

Plus d’infos

Anton Proost : www.instagram.com/antonproost

E-mail : antonvproost@gmail.com

Thomas More : www.thomasmore.be

 

Copyright photos : Ooms Joni

 

 

Code postal : /
Bardage : /
Localité : /
Bois labellisé : /
Fonction : /
Plancher : /
Type de construction : /
Parquet : /
Situation : /
Escalier : /
Structure : /
Menuiserie intérieure : /
Menuiserie extérieure : /
Autre : /
string(0) "" string(0) ""


Anton Proost - |

T.
F.
M.
E.
W.