Pourquoi le bois?

Sain

Le bois a un effet favorable sur le climat intérieur. Une étude finlandaise sur le climat intérieur des habitations (Simonson et al., 2001) démontre qu’il est plus sain d’habiter dans un environnement pourvu de beaucoup de bois. Les sols, les parois, les plafonds et le mobilier en bois agissent comme un tampon, un régulateur hygrométrique. Lorsque le taux d’humidité ambiante est trop élevé, le bois va absorber de l’humidité. Lorsque l’air sera trop sec, le bois restituera son humidité.  La capacité naturelle d’absorption d’une surface en bois (non traitée) permet ainsi de maintenir l’humidité de l’air à un niveau stable. Un avantage indéniable pour le confort de vie !

La zone de confort de l’homme se situe entre 45 et 65 % d’humidité relative de l’air. Un climat plus humide ralentit notre système de refroidissement naturel. Ce climat est non seulement désagréable, mais il est aussi nocif pour notre santé. L’inverse est tout aussi néfaste. Une humidité de l’air très basse assèche nos muqueuses et augmente le risque d’infections.

Le bois, en agissant comme un tampon, stabilise l’humidité intérieure en la maintenant dans les limites de la zone de confort. Les champignons, les acariens, les virus et les bactéries sont également moins actifs dans ce climat de confort. Le bois diminue, en outre, le risque d’allergies, d’asthme et d’infections des voies respiratoires.

Hygiénique

Le bois convient aussi parfaitement dans la cuisine. Des chercheurs ont comparé les chances de survie des bactéries sur le bois, le plastique et l’acier. Résultat ? Les bactéries ont nettement moins de chance de survivre sur le bois. Le bois remporte donc clairement la préférence lorsqu’il s’agit de contacts directs avec des denrées alimentaires.

Économique énergétiquement

Plus de 70 % du volume du bois est constitué par de l’air !  C’est un matériau poreux : il est donc léger, tout en assurant une très bonne isolation. Par rapport à d’autres matériaux, il se distingue aussi par une très faible conductivité thermique. Cela signifie que les bâtiments à base de bois ou pourvus de beaucoup de bois se caractérisent par de nettes économies d’énergie. Grâce à sa très faible effusivité (capacité à échanger de l’énergie thermique avec son environnement et caractérise la sensation de « chaud » ou « froid » à son contact, est de l’ordre de  400 W/K.m²s pour le bois), le bois engendre une sensation de chaleur au contact de la peau contrairement à beaucoup d’autres matériaux. De par sa faible conductivité thermique, le bois est efficace pour limiter les ponts thermiques. A la clé ? Aucune radiation du froid ni condensation. Le bois dégage toujours une certaine « chaleur », refroidit et se réchauffe lentement. Vous n’avez donc pas besoin de beaucoup chauffer ou refroidir une pièce en bois. De quoi vous faire économiser de l’énergie.

De tous les matériaux de construction, le bois est celui qui nécessite le moins d’énergie grise (quantité d’énergie nécessaire lors du cycle de vie d’un matériau : depuis sa production jusqu’à son recyclage, en passant par sa transformation, son transport, etc.)

Matériau  Energie grise
MJ/m³ MJ/kg
Bois résineux 1 380 3,73
Béton 3 180 1,38
Brique 5 170 2,50
Acier 25 200 31,92
Aluminium 517 700 227

Exemple lors de la mise en oeuvre :

Pour une poutre de 4m de portée supportant une charge de 250 kg/m uniformément répartie, cela exige le placement soit :

  • d’une poutre de section 8×23 cm en résineux, soit 26,4 kg ;
  • d’une poutrelle IPE 120 mm en acier, soit 41,6 kg ;
  • d’une poutre en béton armé de 10 cm de côté, soit 200 kg. 

L’énergie grise de ces différentes poutres est alors de :

Poutre en résineux 66 MJ
Poutre en béton 260 MJ
Poutre en acier 1 331,2 MJ

Ignifuge

En cas d’incendie, une couche de charbon se forme en surface des éléments exposés en bois. Le bois se protège ainsi naturellement, ce qui en fait un matériau hautement ignifuge. La couche de charbon retarde la combustion et protège les zones inférieures du bois qui peuvent continuer d’assurer leur fonction structurelle. Les constructions en bois sont ainsi surdimensionnées ce qui permet de leur garantir une grande résistance au feu.

Confortable

Le bois procure une sensation de bien-être. Parce qu’il isole bien, il est chaud au toucher. Il est hygroscopique et régule donc l’humidité de l’air dans une pièce. Mieux encore : le bois est agréable à regarder. Il rappelle la nature, la matière vivante.

Écologique

Le bois est un des rares matériaux dont la ressource est inépuisable (si la forêt est gérée durablement). L’arbre, par le mécanisme de la photosynthèse et avec l’aide de la lumière, transforme le CO2 de l’air et l’eau provenant du sol en bois … Un processus 100 % écologique ! Pour élaborer 1 m³ de bois, il faut retirer de l’atmosphère 1 tonne de CO2 et, simultanément, de l’oxygène est produit et relargué dans l’atmosphère !

Mais ce n’est pas tout !  Lorsque 1 m³ de bois est utilisé, c’est une tonne de CO2 supplémentaire gagnée ! En effet, le bois, peu énergivore, remplace alors d’autres matériaux qui auraient provoqué l’émission d’environ 1 tonne de CO2 de plus que le bois pour leur fabrication ou leur transformation à reformuler.  Vous construisez une maison en bois ? Sachez qu’elle retient autant de CO2 que les émissions de 200 voitures bloquées dans un embouteillage pendant une heure. Attention : une forêt ne peut retenir le CO2 et produire de l’oxygène que si elle est gérée et exploitée durablement. Si l’on n’y prend garde, les arbres se décomposent après leur mort… et libérent alors le CO2 qu’ils avaient emmagasiné.

Le bois respecte la forêt

90 % des bois consommés en Europe sont d’origine européenne. Or, à l’échelle de l’Europe, la récolte ne représente que 64 % de l’accroissement annuel. La superficie de la forêt européenne augmente chaque année de 700 000 hectares soit la surface de plus de 960 000 terrains de football. Dès lors, le volume de bois dans la forêt européenne augmente chaque année de 270 millions de m³.  Ce volume permettrait la production d’une maison en bois toutes les 3 secondes sans altérer le capital forestier.

En outre, en optant pour un bois portant un label attestant que ce dernier est issu d’une forêt gérée durablement, vous porterez-là un acte civique en faveur de la pérennité des forêts.

Durable

Certains lieux de culte en bois non traité ont plus de 1 000 ans ! Les menuiseries en chêne du Château de Versailles ont près de 350 ans. Les maisons à colombages, par exemple de la région de Malmédy et Stavelot, sont toujours en excellent état et habitées depuis 1750. Les plus anciennes maisons en bois de Bruges et de Gand remontent au XVIIe siècle… Autant d’exemples éloquents de la durabilité du bois.

Facile à entretenir

Le bois, un matériau difficile à entretenir ? Pas si vous optez pour une finition appropriée. Laissez un menuisier professionnel réaliser vos menuiseries extérieures et y apporter une couche de finition qui les protégera de l’humidité, maintiendra leur couleur et leur stabilité. Dans certains cas, le prochain entretien ne sera parfois nécessaire qu’après dix ans ! Les planchers et parquets finis à l’aide d’un vernis en phase aqueuse ou grâce à la technologie UV nécessitent également peu de travaux. Et si vous appréciez le grisaillement naturel de votre terrasse, de vos bardages ou de votre bois de jardin, vous n’aurez même aucun entretien à leur consacrer, hormis un simple nettoyage annuel à la brosse comme avec n’importe lequel des matériaux.

Esthétique

Et last but not least : le bois est tout simplement beau! Des dizaines d’espèces de bois se prêtent à toutes vos applications, chacune avec sa propre couleur et son propre dessin. Autant de possibilités que vous pouvez décliner à l’envi et à l’infini… Le miracle de la variété !