Le dioxyde de carbone

Informations générales

La concentration trop élevée de dioxyde de carbone dans l’atmosphère est l’une des principales causes du réchauffement climatique. Comment y remédier ? Avant tout, en limitant les émissions de CO2. Les signataires du protocole de Kyoto se sont fixé des limites, en 1997, pour les émissions de gaz à effet de serre.

Les puits de carbone stockent le CO2

Une deuxième solution consiste à favoriser l’absorption de ces gaz à effet de serre par des puits de carbone. Les puits de carbone peuvent, en effet, absorber et stocker le CO2. Ils contribuent ainsi à diminuer la concentration de carbone dans l’atmosphère. Les principaux puits de carbone sont les océans et la biomasse : les plantes et… les forêts.
En savoir plus sur le rôle des forêts/produits forestiers comme  puit de carbone (pdf)
En savoir plus sur les produits à base de bois et l’atténuation du changement climatique (pdf)

La gestion forestière active… le tendon d’Achille

Les arbres absorbent le CO2 de l’atmosphère à travers la photosynthèse. Ils capturent le carbone, le transforment en matière organique et libèrent ensuite l’oxygène restant. Mais ils le peuvent jusqu’à la limite de saturation. Et c’est là que se situe le tendon d’Achille du processus : seules les forêts suffisamment renouvelées par une gestion forestière active sont en mesure de pleinement remplir leur rôle de puits de carbone.
Découvrez comment la Suisse optimise son bilan CO2 par sa politique forestière (pdf)

Un stockage à vie du carbone

Les produits à base de bois sont donc des puits de carbone. Cet élément constitue même près de la moitié de la masse du bois. Le bois retient le carbone tout au long de son cycle de vie : utilisation, réutilisation et recyclage. Un mètre cube de bois contient environ 0,9 tonne de CO2.

Selon les estimations, environ six millions de tonnes de carbone seraient ainsi stockées, en Europe, dans les produits en bois. Après réutilisation et recyclage, la plupart des produits en bois sont brûlés, ce qui libère à nouveau le CO2 dans l’atmosphère. De là aussi la nécessité de prolonger au maximum la durée de vie du bois. Plus longtemps il perdure, mieux l’environnement se porte.
En savoir plus sur les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique (pdf).

Substitution

La production de bois consomme moins d’énergie que celle de nombreux autres matériaux. Ainsi, l’effet de substitution permet de libérer environ 1,1 tonne de CO2 en moins pour la production de 1 m³ de bois que pour la production de plastique ou de béton par exemple. Cela signifie que l’utilisation de 1 m³ de bois permet « d’épargner » globalement environ 2 tonnes de CO2.

Exemples

Opter pour le bois, c’est donc économiser du CO2. Quelques exemples :

  • dans le cas d’une construction à ossature en bois avec un bardage en résineux, les parois en bois permettent une économie de 3,45 tonnes de CO2 par 50 m² ;
  • des châssis en bois plutôt qu’en PVC permettent d’économiser 0,5 tonne de CO2 pour dix châssis. Et si les châssis en bois remplacent des châssis en aluminium, l’économie s’élèvera même à 4 tonnes ;
  • les poutres de construction en bois absorbent jusqu’à 150 kg de CO2, alors que la production de poutres en aluminium émet 330 kg de CO2 par tonne.