Panneaux

Le choix du panneau à base de bois dépend du climat dans lequel il sera mis en œuvre et des qualités mécaniques requises.             © Hout Info Bois

Il existe cinq types de panneaux :

Quel panneau choisir ?

Quelques questions très simples vous guideront vers les spécificités du type de panneau que vous cherchez via un arbre décisionnel. Cette méthode matricielle a été mise au point par le Centre européen de Normalisation (CEN TC 112) qui a développé des caractéristiques et des normes pour tous les panneaux standard disponibles sur le marché européen.
Découvrez l’arbre décisionnel pour les panneaux (pdf)

Finition des panneaux
La couche extérieure du panneau n’est parfois pas bien finie. Il est donc souvent conseillé d’utiliser un placage. Il existe cependant des techniques modernes pour donner une finition décorative aux panneaux et les renforcer. Ces techniques sont souvent à base de papier ou de résine.
En savoir plus sur les dernières tendances en matière de finition de panneaux (pdf)

Réaction au feu des panneaux
La Fédération européenne des Panneaux (EPF) est la fédération européenne des producteurs de panneaux de particules, OSB et MDF. Elle a testé ces dernières années la réaction au feu des panneaux courants.
Consultez ici le tableau de classification des panneaux selon la réaction au feu (pdf)

Spécification téchnique (STS)
Spécification technique des panneaux en bois (télécharger STS 04.4)

Arbre décisionnel pour les panneaux

Arbre décisionnel pour les panneaux (pdf)

Répondre aux questions :

  • Humidité ?

La première question concerne l’ambiance humide ou non dans lequel le panneau sera utilisé. Ensuite il faudra juger du risque d’humidification directe.  En fonction de l’utilisation, trois classes sont possibles :

  • Circonstances sèches (classe de service 1)
    Le panneau a un taux d’humidité qui correspond à un climat de 20 °C et 65 % d’humidité relative.
  • Circonstances humides (classe de service 2)
    Le panneau a un taux d’humidité qui correspond à un climat de plus de 85 % d’humidité relative pendant plusieurs semaines par an. Il s’agit concrètement d’espaces où soit l’humidité de l’air peut être temporairement élevée soit la pénétration d’eau n’est pas exclue. Les cuisines, les salles de bain, les toitures par exemple.
  • Utilisation extérieure (classe de service 3)
    Le panneau est utilisé dans des conditions où l’humidité peut être encore plus élevée.

 

  • Usage structurel ?

Cette question concerne les propriétés mécaniques que vous exigez de votre panneau. Si vous optez pour des propriétés mécaniques élevées, le panneau aura une meilleure résistance à la flexion et une meilleure tenue des vis.

La deuxième question concerne la charge à laquelle le panneau est soumis. Le panneau sera :

  • structurel ;
  • non structurel.

Comment interpréter les résultats ?

  • Sur une même ligne, la résistance et la durabilité augmentent de droite à gauche.
  • Si une case reste vide, cela signifie que le type de panneau existe peut-être ou est utilisable, mais qu’il n’existe aucune spécification. Si vous préférez une case avec des références, deux possibilités s’offrent à vous :
    • choisissez un autre type de panneau dans la même colonne ;
    • choisissez la première référence à gauche de la case vide. Cette référence vous offrira de meilleures propriétés.
 
© Hout Info Bois
  © Hout Info Bois

 

Panneaux OSB

OSB signifie Oriented Strand Board. Les panneaux OSB se composent de grandes particules (ou strands) d’une largeur moyenne de 1 à 5 centimètres, d’une longueur de 7 à 10 cm et de 0,5 mm d’épaisseur. Ces particules sont en outre orientées. La résistance à la flexion et le module d’élasticité sont donc les plus élevés dans la direction des particules extérieures, généralement dans la longueur.

La direction détermine la résistance

Contrairement aux panneaux de particules ou de fibres classiques, l’utilisateur peut définir la direction la plus résistante d’un panneau OSB. Ses qualités mécaniques élevées font de l’OSB un matériau parfait pour des structures portantes spécifiques dans le domaine de la construction.

Bon rapport qualité-prix

L’OSB a un bon rapport qualité-prix.

Utilisations de l’OSB (pdf)

Contre-plaqué

Le contre-plaqué est obtenu par collage de plusieurs plis de placage déroulé. Pour un placage impeccable, il est conseillé d’utiliser uniquement des troncs de haute qualité avec un diamètre suffisamment grand.

Collage en fonction de l’utilisation

Le collage se fait en alternance avec une rotation de 90 °, ce qui confère au panneau une grande stabilité dimensionnelle. Pour le contre-plaqué de résineux (surtout s’il est destiné à la construction), on utilise généralement une colle phénol-formaldéhyde qui résiste à l’humidité et à l’eau bouillante. Le contre-plaqué de feuillus, principalement utilisé pour les aménagements intérieurs, est généralement collé à l’aide d’une colle urée-formaldéhyde ou mélamine-formaldéhyde.

Utilisations du contre-plaqué (pdf)

Panneaux de particules

La matière première des panneaux de particules est surtout du bois d’éclaircie et des cimes d’arbres. On contribue de cette manière à rentabiliser la gestion forestière. Outre le bois rond, des produits annexes de scierie et des résidus de bois sont aussi souvent utilisés, ainsi que des anas de lin.

Couches de particules pressées

Les panneaux de particules comptent trois à cinq couches de particules pressées. La pression de l’opération détermine la masse volumique et les propriétés mécaniques du panneau. Les couches de particules extérieures sont généralement plus fines que les couches intérieures. La transition peut aussi être progressive.

Collage en fonction du climat

Les panneaux résistant à l’humidité sont généralement collés avec une colle mélamine-formaldéhyde renforcée de phénol. Les autres panneaux sont collés avec une colle urée-formaldéhyde.

Utilisations des panneaux de particules (pdf)

Hardboard

Le hardboard est un panneau de fibres d’épaisseur standard de 3,2 mm. Il existe toutefois des panneaux de 1,2 à 8 mm d’épaisseur. Le hardboard est généralement produit en répandant des fibres de bois humides en un ‘matelas’ qui est ensuite comprimé. L’eau s’échappe sous le matelas lors de la compression au travers d’un tamis ce qui donne un aspect gaufré au dessous du panneau. Il existe également des medium boards, un peu moins durs.

Liaison des fibres et compression

Les fibres se lient principalement par feutrage et par le rôle de liant que joue la lignine présente dans le bois. Dans certains cas, de petites quantités de résine synthétique sont ajoutées. Le pressage s’opère sous hautes pression et température. Les panneaux ainsi obtenus ont une masse volumique de 850 à 1050 kg/m³.

Utilisations du hardboard (pdf)

Panneaux MDF

MDF signifie Medium Density Fiberboard : un panneau de fibres à densité moyenne. Les fibres restent sèches et sont liées au moyen d’une résine synthétique et non par feutrage.

Usinage comme le bois massif

Le MDF a été conçu en vue d’être aussi facile à usiner que le bois massif. Le sciage, le fraisage, le profilage et même la sculpture ne posent aucun problème. Contrairement à d’autres types de panneaux, les chants ont un aspect assez homogène après l’usinage et peuvent donc être laqués immédiatement.

Utilisations du MDF (pdf)

Essences liées